Le fait d’avoir une maison bioclimatique est considéré comme une contribution à la préservation de l’environnement. Mais avant de construire une telle maison, il faut prendre en compte le terrain, le relief et son orientation par rapport au soleil. Mais comment faire pour arriver à avoir un tel résultat ?

Bien prendre en compte l’orientation de la maison

Le prix d’une maison bioclimatique est plus abordable que les maisons traditionnelles. Mais pour faire en sorte que cette maison produit des résultats optimaux, il faut commencer par voir l’orientation de celle-ci par rapport au soleil. En effet, il est utile de savoir que c’est toujours la façade sud de votre maison qui recevra le maximum d’ensoleillement, tandis qu’en été, les façades est et ouest seront les plus exposées au soleil. De ce fait, il faut penser à la répartition des pièces suivant ces conditions. Il est par exemple conseillé de mettre les  pièces à vivre collectives comme le salon, la salle à manger et la cuisine au sud. Par contre, les pièces telles que les WC, la salle de bains et la buanderie seront implantées au nord. Pour ce qui en est des chambres, elles peuvent être implantées à l’est ou à l’ouest de la maison.

L’isolation : importante pour une maison bioclimatique

Pour favoriser l’isolation qui est un élément important pour une maison bioclimatique, les murs de cette maison sont systématiquement fabriqués à partir de matériaux naturels qui favorisent l’isolation. En ce qui concerne la toiture, celle-ci sera isolée avec de l’ouate de cellulose. Les fenêtres, quant à elles, doivent bénéficier au minimum d’un double vitrage, même si un triple vitrage serait l’idéal. Pour cette faculté d’isolation, le prix d’une maison bioclimatique est abordable puisqu’elle permet de réduire les dépenses liées au chauffage.

Quand est-il alors du plan ?

Le plan d’une maison bioclimatique doit être compact, et être la plus carrée possible pour ce qui concerne la partie habitable. D’autre part, l’orientation de la façade doit permettre d’ouvrir la maison bioclimatique au sud, et de la protéger au nord. Il faut aussi penser à intégrer des panneaux solaires. Par ailleurs, il faut restreindre les vitrages à l’ouest, zones plus souvent soumises aux intempéries portées par les flux ouest/est. Les ouvertures extérieures doivent enfin servir à limiter l’éclairage artificiel pour optimiser la luminosité naturelle. Équipées de volets, elles font office de protection contre le froid autant que de pare soleil.